Rapport Du Comité Des Femmes Du Conseil De La Région De L’Atlantique, Février 2012

Présences

Angela Decker

Shanny Doucet

Dawn Hardy

Sandy Harquail

Rhonda Doyle LeBlanc

Margie Hancock, personne-ressource du Comité des femmes

 

Absence motivée

Charlene Vidito-Milne

 

Les consœurs Rhonda et Angela, directrices des femmes, continueront de partager la présidence du Comité pendant le nouveau cycle qui débute.

 

La consœurs Margie distribue des copies de la structure de la région de l’Atlantique et explique les rôles et les responsabilités du Comité des femmes.

 

Un Congrès national triennal de l’AFPC a lieu cette année, et nous voulons que les préoccupations des femmes soient mises de l’avant, notamment les importantes résolutions que nous avons adoptées. Le Comité recommande que tous les membres du Conseil qui sont délégués au Congrès national considèrent comme prioritaire le Plan d’action des femmesqui a émané des deux conférences des femmes de l’Atlantique et qui a été adopté à la Conférence nationale des femmes. Les membres du Comité des femmes qui iront au Congrès sont Angela Decker, Dawn Hardy et Shanny Doucet. 

 

Il faudra établir le contact avec nos alliés et discuter avec les membres du Conseil de l’Atlantique et d’autres personnes des importantes résolutions qu’il faudra défendre.

 

Le 8 mars – Journée internationale  des femmes : Angela et Rhonda résument la conférence téléphonique des femmes qui a eu lieu le 23 février. Cette réunion, présidée par Patty Ducharme et Robyn Benson, avait pour but de faire le point sur les activités prévues pour souligner la Journée internationale des femmes d’un bout à l’autre du pays. Il a notamment été question de l’activité organisée dans les régions RCN et Ontario intitulée Pink Slips.

 

En anglais, le mot slipdésigne le jupon que les femmes portent, mais aussi un avis de licenciement. Le jeu de mots est donc approprié compte tenu des coupes que le gouvernement continue de pratiquer dans la fonction publique fédérale. La région de l’Atlantique a adopté cette idée, et on nous encourage à incorporer la notion du pink slipdans les activités que nous organisons. Ce ne sera peut-être pas possible pour les activités qui sont organisées en collaboration d’autres organismes, par exemple Condition féminine Canada, mais Angela et Rhonda incorporeront cette notion dans les activités qu’elles aident à organiser. 

 

Il est aussi prévu d’enregistrer sur bande vidéo une entrevue durant entre une et trois minutes et de l’afficher sur YouTube. 

 

On déplore qu’il soit maintenant trop tard pour incorporer dans la plupart des activités qui ont été suggérées pendant la conférence téléphonique. Cette conférence téléphonique aurait dû avoir lieu plus tôt si on voulait vraiment que les femmes mettent en pratique les suggestions qui y ont été faites. 

 

On énumère quelques activités prévues dans la région, notamment une marche au parc Victoria à l’Île-du-Prince-Édouard organisée par le Women’s Institute de cette province.

 

Beaucoup de bon matériel promotionnel – par exemple des dépliants et des autocollants – a été envoyé aux bureaux régionaux pour les activités de la Journée internationale des femmes et d’autres activités prévues. Ce matériel sera distribué aux CRF et aux sections locales. Si vous n’avez pas encore reçu l’information sur les séances casse-croûte et autres sujets, Rhonda vous enverra la documentation électroniquement.

 

Le 1er mars – Journée nationale d’action

 

Tous les membres sont encouragés à se lever à leur lieu de travail pour montrer que nous sommes solidaires et pour protester contre le projet du gouvernement Harper d’abolir des milliers d’emplois dans le budget fédéral 2012. Nous voulons aussi montrer à Harper que nous sommes mécontents du financement insuffisant accordé aux services de garde d’enfants, de ses attaques contre l’équité salariale et de son plan pour éliminer le Registre des armes d’épaule. Comme membres du Conseil, nous ne devons pas oublier que nous devons faire preuve de leadership à ce genre d’activités.

 

Nous devons continuer de profiter de toutes les occasions pour parler aux députés et aux sénateurs des questions qui touchent les femmes et les travailleurs et travailleuses dans les services fédéraux. Les CRF doivent continuer leur lobbying comme par le passé. Ils doivent rester engagés et concentrés sur les sujets d’intérêt pour les femmes, car beaucoup de travail a été fait par le passé et nous devons garder le rythme.

 

Discrimination envers les personnes trans

 

Sandy fait savoir que le ministre des Transports a modifié la réglementation sur les vols au Canada et les vols vers l’étranger de manière qu’on peut empêcher une personne de prendre son vol si elle ne semble pas être du sexe indiqué sur la pièce d’identité délivrée par un gouvernement qu’elle présente. En effet, la disposition 5.2 (1) c) du Règlement sur le contrôle de l’identitéprécise qu’il est interdit au transporteur aérien de transporter un passager qui « ne semble pas être du sexe indiqué sur la pièce d’identité qu’il présente ». Ainsi, les personnes qui font une transition sexuelle et qui s’habillent comme le sexe opposé pourraient se voir refuser l’embarquement.

 

Ce règlement cible injustement les personnes trans et d’autres personnes qui peuvent ne pas s’identifier au sexe qui est indiqué sur leur pièce d’identité ou ne pas avoir l’air d’une personne de ce sexe. Une telle discrimination est inacceptable. Le Comité veut présenter au Conseil de la région une recommandation lui demandant d’appuyer les efforts qui se font pour éliminer cette discrimination. Cela peut se faire de diverses manières, par exemple en faisant du lobbying, en écrivant des lettres ou en dénonçant la situation dans les journaux.

 

On suggère aussi que notre agente des communications régionale, Lesley, prépare un document d’action politique. Dawn abordera la question avec le Comité d’action politique, et Sandy avec le Comité des droits de la personne.

 

On discute du soutien offert aux CRF. Certaines pensent qu’on a perdu la communication avec les CRF. Nous ferons un effort pour redynamiser les CRF qui n’ont fonctionnent plus. Les femmes de Summerside ont manifesté un intérêt pour relancer leur CRF et elles ont obtenu l’appui des sections locales, comme cela est requis. Les sections locales qui souhaitent former un comité des femmes doivent faire approuver leur projet à leur AGA.  

 

Pour donner suite aux forums des femmeset aux retraites des femmes, qui ont été de francs succès, on se demande si des mesures ont été prises et si elles ont donné des résultats. On s’interroge aussi sur ce qu’il faut faire pour que ces rencontres débouchent sur des initiatives. Certaines participantes estiment que les suggestions qui ont été formulées étaient toutes bonnes, mais qu’elles nécessitaient de la formation pour les mettre à exécution. À cet égard, des ateliers sur les médias sociaux, le lobbying, etc. ont été donnés aux Conférences des femmes.

 

On suggère de fournir aux directrices des femmes la liste des participantes aux forums, aux retraites et aux conférences pour qu’elles puissent être gardées bien informées. 

 

On recommande aussi que les deux directrices des femmes assistent à l’École syndicale de l’Atlantique, car cela serait une occasion d’informer les femmes qui y seront et les encourager à participer au programme des femmes.

 

Le tout respectueusement soumis,

 

 

Angela Decker and Rhonda Doyle LeBlanc

Coprésidentes du Comité des femmes du Conseil