Déclaration du 6 décembre

Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

Déclaration de l’AFPC

 

Cette année marque le 25e anniversaire de l’assassinat de 14 jeunes filles à l’École Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989. En cette Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, les membres de l’AFPC de partout au pays s’engagent à poursuivre leur lutte contre toutes les formes de violence faite aux femmes.

 

Nos membres se souviennent

 

À Victoria, on dévoilera le monument que les militantes du Comité régional des femmes de Victoria ont réussi à faire ériger en mémoire de ce triste anniversaire.

Dans les Prairies, des membres aligneront 1 200 paires de souliers à la mémoire des femmes autochtones assassinées ou portées disparues.

À Montréal et dans d’autres villesdu pays, nos membres assisteront à des veilles à la chandelle.

 

 

La violence conjugale au travail

 

Le Congrès du travail du Canada vient de publier les conclusions préliminaires de la première enquête pancanadienne sur la violence conjugale et le milieu de travail. Elles sont accablantes.

 

Au total, 8 429 personnes ont répondu à cette enquête menée de décembre 2013 à juin 2014. Le tiers d’entre elles ont dit avoir été victimes de violence conjugale, dont le dixième au cours des 12 mois précédents.

 

  • Dans 82 % des cas, la violence conjugale a eu des effets néfastes sur leur vie professionnelle: près de 40 % d’entre elles affirment que la violence a nui à leur capacité de se rendre au travail (retards, absences), tandis que près de 10 % ont déclaré avoir perdu leur emploi.

 

  • La violence conjugale a suivi la moitié d’entre elles jusqu’au travail. Elles ont été harcelées par courriel, téléphone et message texte, voire traquées et battues.

 

 

L’AFPC : solidaire dans l’action

 

Le 6 décembre, prenons le temps de nous remémorer les jeunes femmes emportées par la violence sexiste. Et passons aux actes. Le mouvement syndical est très bien placé pour faire une différence dans la vie des travailleurs et des travailleuses victimes de violence conjugale. 

 

L’AFPC s’engage à collaborer avec le CTC et d’autres syndicats à la recherche de meilleurs moyens de venir en aide aux personnes touchées par la violence conjugale et le harcèlement. Nous verrons à ce que les employeurs créent des milieux de travail réellement sécuritaires pour toutes les femmes.

 

L’AFPC et les groupes de défense des femmes continueront à réclamer d’une même voix une commission d’enquête nationale sur les Autochtones portées disparues ou assassinées, et un plan d’action national de lutte contre la violence faite aux femmes.